visuelNotre association se consacre à l’animationculturelle et à la promotion de l’image de la chapelle Saint-André, propriété de la Communauté de Communes Pays de Racan.
Nous accueillons depuis 1991, chaque année, des expositions, des concerts, des conférences et des rencontres littéraires et artistiques.
Nous sommes également attachés à la valorisation du patrimoine et à la connaissance de l’histoire du pays de Racan.

Historique

1991: création de l’association « Les amis de la Chapelle Saint-André » dans le but de sauvegarder et de  restaurer l’édifice puis de l’ouvrir au public à des fins culturelles.

Anne-Marie Babonaux : la présidente, géographe, professeur des Universités, propriétaire des lieux, monte durant 20 ans, les dossiers permettant de mener à bien les principaux travaux de restauration( cerclage des murs, restauration de la toiture, de la charpente du XV ème siècle, de la façade ouest, du parvis),  grâce aux subventions des collectivités territoriales.
De très nombreuses manifestations sont organisées chaque année.

2011 : Don de la chapelle à la Communauté de Communes de Racan par Anne-Marie Babonaux. L’association  a depuis cette date pour objectif, l’animation culturelle et la promotion du lieu.
Un programme de manifestations culturelles ( conférences, concerts,théâtre, expositions,  etc) est mis en place chaque année

 

21 Janvier 2017:

Chers adhérents,

 

 

J’ai la tristesse de vous annoncer que Madame Anne-Marie Babonaux est décédée hier. Pour beaucoup d’entre nous, c’est une grande amie qui nous quitte.

Selon son désir, un faire-part sera publié, dans quelques jours, après ses obsèques célébrés dans l’intimité.

Il m’a semblé convenable de vous avertir.

Bien à vous.

Madeleine Fargues

annemarie

ANNE-MARIE SERONDE BABONAUX

 

 

 

Anne-Marie était professeur de Géographie urbaine. Après avoir été assistante et maître-assistante à Paris, elle avait été nommée à Caen en 1962-63 par des collègues qui pensaient qu’elle terminerait rapidement sa thèse sur Rome sous la direction de Pierre Georges, mais faire une thèse de géographie à cette époque, souvent sur un sujet trop vaste, exigeait parfois de 15 à 20 ans de travail. Elle la soutint cependant en 1975, mais elle n’avait pas voulu se limiter à ce lourd travail.

Elle adorait se consacrer à ses étudiants qui l’aimaient beaucoup et à les soutenir dans leurs travaux. Elle avait un caractère très convivial et un grand sens des relations publiques; elle a contribué au rayonnement de l’Institut de géographie de Caen. Elle nous parlait souvent de tel ou tel, qui d’ancien étudiant était devenu un ami, ainsi, je crois, de Mamadi Cissé qui avait fait une thèse sur l’alimentation énergétique de Caen et de Pierre Petsimeris sur l’urbanisation et la transformation socio-fonctionnelle du Piémont. Elle avait, de par ses convictions politiques, des angles de vue originaux en matière sociale et culturelle. Ainsi ai-je eu l’occasion d’utiliser pour mon ouvrage sur les graffiti un mémoire fait sous sa direction par Jocelyn Quesnel intitulé : Le social avant le spatial…les graffiti de Caen et d’Hérouville Saint-Clair (1986).

 

Elle s’est mariée à Yves, professeur à Paris, qui vint habiter à Caen. Plus tard Yves et Anne-Marie habitèrent rue Pelleport, à Paris dans le XXe arrondissement, puis à Neuvy lorsque la maison familiale fut entièrement et bellement restaurée. Avec Yves et plus tard, seule, elle recevait ses amis, ou ses anciens collègues.

 

Après son accident cérébral, Anne-Marie, immobilisée, a su prendre en compte les nouvelles contraintes physiques dues à son état et a résolu au mieux ses problèmes sans élever jamais la moindre plainte.

 

Avec Yves, en 1990, ils avaient acheté la chapelle romane Saint-André de Neuvy pour la préserver et la restaurer. Ils créèrent pour ce faire une association : Les Amis de la Chapelle Saint-André qui réussit à la faire inscrire sur la liste complémentaire des sites et monuments en 1992.

 

Elle en fut la présidente pendant 20 ans et, en 2010, elle en remit la clef à Patrick Cintrat, président de la communauté de communes. Elle avait réalisé toutes les demandes de subventions pour les travaux (la charpente et la toiture, la consolidation des murs, la création d’un parvis); de même, elle avait organisé avec son équipe des expositions et des concerts avec toujours le même objectif.

Enfin, Anne-Marie a réalisé le vœu de Yves de donner après sa mort, à L’Académie de Touraine, la partie Touraine de sa bibliothèque, c’est à dire 587 ouvrages, thèses, mémoires, plus un film, ce qui enrichit notre bibliothèque.

 

Pour terminer, je reprendrai ce que j’avais écrit dans l’in Memoriam pour Yves dans nos Mémoires de l’Académie : « C’était toujours un plaisir de rendre visite à Yves et Anne-Marie Babonaux dans leur demeure familiale de Neuvy-le-Roi, restaurée avec goût; on y faisait dans l’amitié le point sur l’état du monde ».

 

Anne-Marie, ta famille et tes amis t’adressent leur plus affectueux souvenir.

Jean-Mary Couderc